Architecture de l’Abbaye

Architecture 

Description de l’abbaye : l’Abbatiale – extérieur

La façade est restée malgré les modifications du XVIIIe, dans l’esprit de Cîteaux.

Le portail est carré et simple. Les portes latérales (portes des morts et des convers) ont été fermées au XVIIIe.
Au niveau supérieur, une grande baie voûtée en plein cintre et encadrée de 2 séries de voussures dans lesquelles on trouve 2 colonnettes coiffées de chapiteaux sculptés. Les parties supérieures des bas-côtés sont percées d’une ouverture en plein cintre.

La nef, très simple, possède des contreforts puissants au Nord.

Le chevet montre une abside pentagonale où sont percées 3 baies en plein cintre. L’abside est flanquée de 2 petites absidioles rondes éclairées chacune par un orifice étroit.

Le clocher comporte 2 étages.
Le premier est percé sur ses 4 faces de baies géminées séparées par une colonnette surmontée d’un chapiteau sculpté.
Le second étage est plus austère et offre de grandes ouvertures de type roman.

Le toit est octogonal
L’ensemble est dans le style des clochers du Royans et du Vercors (style «comasque»).

♦   ♦   ♦

Architecture : Intérieur de l’Abbaye

Les premiers moines voulaient construire un édifice à plan basilical : nef unique, sans bas- côtés et couvert d’une charpente en bois plane.
Ces plans ont été modifiés en cours de construction, avec rajout de deux bas-côtés, d’où certaines particularités architecturales.

¤ La nef centrale est longue de 5 travées. Elle est très lumineuse car éclairée de grandes fenêtres aux vitraux blancs, encadrées de voussures ornées de colonnettes coiffées de chapiteaux sculptés à motifs végétaux du XIIIe.

¤ Les piliers sont massifs et carrés, d’une hauteur de 4 m. Ils sont surmontés par les arcs brisés séparant les bas-côtés de la nef.

¤ La nef est voûtée de croisées d’arêtes de style roman, mais avec un habillage de type pré gothique. La voûte repose sur des arcs doubleaux en plein cintre, disposés au-dessus des piliers.

¤ Un Solin peut être vu au dessus de l’arc triomphal qui sépare le chevet de la nef. Il matérialise la pente du toit de la première église alors à nef unique.

¤ Les bas-côtés sont aveugles et voûtés en quart de rond à l’exemple des ‘trois sœurs provençales’.

¤ La croisée du transept porte une grande coupole octogonale sur trompes, très aérienne, percée d’un oculus imposant, agrandi au XVIIIe, et qui laisse passer la lumière à flot.

¤ Le chœur est plus sombre avec son abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four. Il existe d’ailleurs un étonnant contraste entre la croisée du transept inondée de lumière et le chœur presque noir.

¤ Le transept est voûté en berceau légèrement brisé, sans aucune décoration.

¤ Les deux absidioles sont très sombres, car seul un petit orifice oblong permet à la lumière du jour d’y pénétrer. Elles sont aussi voûtées en cul-de-four.

¤ Sur le mur Sud du transept, traces d’arrachements de l’escalier et du palier qui donnaient accès au dortoir des moines. Après avoir passé la première porte des vivants, accès à l’emplacement du cloître médiéval, avec son bénitier toujours en place.

♦   ♦   ♦

Visite de l’Abbatiale

♦   ♦   ♦

Les bâtiments monastiques

Sortir de l’abbatiale. Le bâtiment conventuel du XVIIIe accolé à l’église a été réaménagé par la commune. Il est représentatif du volume d’origine. En pénétrant dans ce bâtiment, on découvre l’entrée de la salle capitulaire médiévale.

Cette entrée était cantonnée de 2 baies à ouvertures jumelées qui donnaient sur la galerie du chapitre (qui sert aujourd’hui de hall d’accueil. Celle du Sud, seule accessible, se compose de 2 colonnettes accolées supportant des chapiteaux à feuilles d’eau.

Le cloître et les bâtiments monastiques, détruits aujourd’hui, sont représentés en pointillés sur le plan de masse.

***

Offices

Accueil

Ce contenu a été publié dans Histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *