Monastère de Leoncel

Monastère de Leoncel

Le Monachisme

  • IIIème–IVème siècles : Fondateurs : Antoine et Pachôme en Egypte.
  • IVème–Vème siècles : Occident : Saint Jérôme et Rufin d’Aquilée, Saint Jean Cassien (St Victor à Marseille),
    Saint Martin (Ligugé et Marmoutiers), Priscillien (St Jacques de Compostelle), Saint Honorat (Lérins), Saint Césaire (Arles), Saint Romain (Romainmôtier). Monachisme entièrement anéanti par les invasions des Goths et des Vandales.
  • Vème siècle : Occident : Saint Benoît (Italie), Saint Colomban (Irlande, France, Italie) Charlemagne impose la Règle de Saint Benoît à tous les monastères d’Occident.
  • IXème–Xème siècles : Création du Bec Hellouin, de Jumièges, de Cluny…
    Monachisme presque complètement détruit par les invasions normandes.
  • XIème–XIIème siècles : Renaissance : Cisterciens, Chartreux, Prémontrés, Templiers
  • XIIIème siècle : Ordres mendiants : Franciscains, Dominicains et Carmes.
  • XVIIème siècle : Les grandes réformes : St Maur, Trappe, Feuillants, Port-Royal
  • 1790 – 1840 : Suppression de tous les monastères en France.
  • XIXème siècle : Restauration. Chartreux : Grande Chartreuse (1816).
    Cisterciens : Aiguebelle et Sept Fons.
    Bénédictins : Solesmes et la Pierre qui Vire.

Monastère de Leoncel

___________

 

Les Cisterciens

Les Cisterciens se rattachent directement a la règle de Saint Benoît. Comme les Bénédictins, ils définissent leur attachement a Dieu par une vie de prière, de contemplation et de travail. Les différences remontent a la création de l’ordre en 1098 par Robert de Molesme, fondateur de Citeaux, puis saint Bernard, fondateur de Clairvaux. Ces fondations s’inscrivent en effet dans un très vaste mouvement de retour aux sources et de recherche de pureté spirituelle qui s’exprime a cette époque. Ces moines vivent dans des Abbayes sous l’autorite du Père Abbé, signe visible de la présence de Dieu.

___________

L’Abbaye de Léoncel

Fondée en 1137 par 12 moines de Bonnevaux, l’abbaye de Léoncel s’imposa vite comme le monastère le plus important du Vercors par son rayonnement et par l’étendue de son domaine temporel. Son histoire se nourrit d’éléments originaux :
– une situation et un site remarquables, aux confins des alpes vertes et des alpes de lumière, dans un val humide tout a l’ouest du Vercors, près des pas donnant accès a la plaine de valence.
– la construction, entre 1137 et 1210, d’une belle abbatiale romane, demeurée au cours des temps proche du monument primitif.
– la fusion, en 1194, de l’abbaye avec la communauté religieuse de la part-dieu, en plaine, entrainant la descente des moines de Léoncel chaque année de la Saint-André a pâques.
– le voisinage des chartreux du val Sainte-Marie de Bouvante.
– une belle maitrise du terrain, permettant aux cisterciens de Léoncel d’associer dans leur domaine temporel des éléments des plateaux et vals proches de l’abbaye, du bassin de la moyenne Gervanne, de la plaine de valence et de la montagne d’Ambel.
En dépit de ces traits originaux, le destin de l’abbaye apparait classique dans ses quatre temps successifs :
1) celui de l’apogée, forge par un demi-siècle de ferveur et de travail, avec la construction de l’abbatiale, la naissance du domaine, les fructueuses relations avec l’environnement religieux ou féodal et l’élargissement de la communauté, apogée atteint au XIIIe siècle, mais terni par le piège d’acquisitions trop nombreuses par les premiers affrontements et le glissement au faire valoir indirect.
2) celui des troubles, aux XIVe, XVe, XVIe siècles, marques par les conflits féodaux ou religieux et par les difficultés avec les villageois, avec, heureusement, des répits et des renaissances.
3) celui de la décadence des XVIIe et XVIIIe siècles, avivée par l’instauration de la commende en 1681, par des difficultés morales et financières et par d’incessants conflits et procès, jusqu’a la disparition pendant la révolution (1790), alors que seule la paroisse survit.
4) celui de l’histoire posthume marquée par la vente du domaine (l’état conservant les forets), par le classement de l’abbatiale en 1840, par la création de la commune de Léoncel en 1854, par la recherche historique, par le rayonnement spirituel et culturel actuel.

 

Monastère de Leoncel

***

 

abbaye-leoncel-vercors.com

Accueil

Ce contenu a été publié dans Histoire, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *